Musée du savon de Marseille à Salon de Provence

Savonnerie Marius Fabre

L’entreprise Marius Fabre a consacré, dans les propres locaux de la fabrique, à l’histoire de la savonnerie. Une halte éclairante, nourrie d’archives, de panneaux explicatifs, d’outils, d’estampilles et de vieux savons. Le but en ouvrant cet espace était bien sûr de faire connaître au public l’exigence de nos processus de fabrication et la pérennité de nos savoir-faire mais aussi de faire souffler l’esprit de tradition qui nous anime, justifie Marie-Hélène Fabre, maîtresse des lieux. Pour les touristes comme pour les Salonais eux-mêmes qui n’ont pas tous connaissance du patrimoine industriel de leur cité.


Chez les Fabre, on semble naître savonnier ! Héritière d’une affaire qui n’a pas quitté le giron familial depuis sa création en 1900, Marie-Hélène Fabre dirige l’entreprise avec son mari Robert Bousquet. Ce qui compte pour nous, c’est de perpétuer une fabrication artisanale et de maintenir la pureté de nos produits. Alors nous choisissons avec un soin exigeant nos matières premières et prenons le temps de fabriquer le savon dans les règles de l’art. La connnaissance des ingrédients et des étapes de fabrication ne suffit pas. Seul le secret d’un savoir-faire, transmis de génération en génération, peut garantir la réussite d’un savon de qualité.


Après les difficultés et bouleversements que l’on sait, l’activité a connu un renouveau  grâce à la vague écolo. Notre philosophie et nos produits correspondent parfaitement aux espérances de ces consommateurs en quête de naturel et d’authentique. L'ouverture aux marchés étrangers représente également une part majeure du chiffre d’affaires.


Enfin, en marge du savon de Marseille sous toutes ses formes que fabrique l’entreprise – savon à l’huile d’olive, au coprah, savon noir, cubes, gels liquides ou paillettes, savonnettes parfumées aux huiles essentielles – Marius Fabre diversifie ses gammes en proposant bougies parfumées, linge de maison, eaux de toilette. La boutique attenante à l’usine est d’ailleurs un enchantement.


Forte de tous ces atouts, les arrières petites filles de Marius, Marie et Julie Bousquet ont repris le flambeau et poursuivent l'aventure familiale.

Entrée du musée et blocs géants de Savon de Marseille

Affiches anciennes autour du savon de Marseille

Publicités d'époque pour le Savon de Marseille

La fabrique artisanale de savon

Gamme de produits Marius Fabre

La boutique Marius Fabre

Fabrication du savon de Marseille

La recette  du véritable savon de Marseille n’a guère changé depuis des décennies ni le matériel de fabrication. Composé de 72 % d’huile, de soude et d’eau, il cuit dans des chaudrons plusieurs jours et c’est dans cette « cuite » que réside le secret des maîtres savonniers. Dernière étape avant le coulage de la pâte dans les mises, le relargage ou rinçage à l’eau salée pour neutraliser la soude. Pour être sûr qu’il n’en reste plus, on goûte le savon !


Dès l’origine, les ressources oléicoles de la Provence ont fait de l’huile d’olive le composant essentiel du savon de Marseille. Plus exactement, c’est l’huile de grignons d’olive qui est utilisée. Elle est obtenue, après la première pression qui donne l’huile alimentaire, en pressant une seconde fois les noyaux et la pulpe.


Marius Fabre est le seul fabricant actuel produisant un savon liquide par saponification de l’huile de grignons d’olive, lui donnant cette couleur caractéristique et naturelle. Elaboré en chaudron, il respecte le procédé de fabrication du savon de Marseille ; c'est le Savon liquide de Marseille.


A l’inverse, les autres savons liquides du commerce, dits " à l’huile d’olive", ne contiennent qu’un très faible pourcentage d’huile d’olive rajoutée.


C’est à partir des cendres d’une plante des terrains salés de Camargue, la soude maritime, qu’était produit le carbonate de soude.


En 1791, Nicolas Leblanc met au point un procédé de fabrication de soude artificielle à partir du sel marin, et révolutionne la savonnerie.

La soude provoque la réaction chimique de saponification des huiles végétales en ébullition dans le chaudron, ce qui permet d’obtenir du savon.


La potasse permet également d’obtenir la saponification en chaudron mais contrairement à la soude qui permet d’obtenir un savon dur, les huiles végétales saponifiées par la potasse produisent un savon qui reste mou (savon noir mou) voire même liquide (savon liquide de Marseille et savon noir liquide).

Savonnerie Marius Fabre - 148, avenue Paul Bourret - 13300 Salon de Provence

+ 33(0)4 90 53 24 77

http://www.marius-fabre.com

Scroll To Top