Musée du Mont de Piété & de la Condition des Soies

Au coeur d'Avignon, situé dans l'ancienne Chapelle Notre-Dame de Lorette, la collection du musée retrace l'histoire et le fonctionnement du Mont de Piété et de la Condition des soies. Le bâtiment abrite également les Archives Municipales.
 
 
 

Musée du Mont de Piété Avignon : tampons

Livre des élections des officiers et confrères - Mont de Piété d'Avignon

Comptes rendus du Mont de Piété

Histoire du Mont de Piété

Fondée en 1577, la Congrégation Notre-Dame de Lorette, constatant les ravages exercés par les usuriers sur ces populations les plus fragiles, se donnait pour but " d'instruire, exhorter à la patience et soulager dans leurs besoins les pauvre honteux ".  

Son érection en 1610 en Mont de Piété lui permet d'assurer le prêt sur gages en direction des populations les plus défavorisées d'Avignon et de toute la région. De ce fait le Mont de Piété d'Avignon - qui existe toujours sous son appellation moderne de Crédit municipal- est le premier établissement de ce type créé en France ; celui de Paris ne sera créé que 200 ans plus tard par Louis XVI.


Alors terre italienne, Avignon et le Comtat Venaissin vont bénéficier de l'influence transalpine puisque c'est dans les régions du nord et du centre de l'Italie qu'apparaissent, dès la fin du XV° siècle les premiers "Monte Di Piéta". Dans cette zone de l'Europe où naissent les premières grandes techniques bancaires, les Monts de Piété s'avèrent être un heureux mélange des principes d'une économie moderne et des nécessités de la charité. Le Mont de Piété, à l'image souvent négative, a en effet une vocation à la fois caritative et pédagogique. La notion d'épargne, qui permet le remboursement du prêt, trouvera son aboutissement dans le développement des Caisses d'Epargne au XIX° siècle, souvent créées par les Monts de Piété qui ont pu survivre à la tourmente révolutionnaire.


Le Mont-de-Piété grâce à l'énergique volonté des confréres, matérialisa l'institution par la construction d'un vaste bâtiment dont on peut aujourd'hui admirer le résultat. Une première campagne menée de 1640 à 1648 permit ainsi l'édification d'une grande salle rectangulaire couverte de 8 voûtes d'arêtes. Doublée en hauteur vers 1670-1675, un grand escalier y est adjoint en 1681. A l'extrême fin du XVII° (1695-1697), le bâtiment est prolongé vers la rue de la Croix. La chapelle enfin est reconstruite et embellie entre 1731 et 1737. Les meilleurs artistes du moment ont participé à ces différentes campagnes : François de la Valfenière, Pierre Péru et sans doute Jean-Baptiste Franque.


Le succès permanent et continu de l'établissement avignonnais -succès que ses importantes archives sont là pour rappeler - connaitra un coup d'arrêt durant les années charnières de la fin du XVIII° siècle.  


Au XIX°, l'inventivité des nouveaux administrateurs qui remplacent les anciens confrères, relance les activités de l'institution qui, aux vastes bâtiments du XVIII°, ajoute un nouvel étage et de nouvelles constructions notamment pour la Condition des Soies.  


Devenu Crédit Municipal dans le courant du XX° siècle, se tournant davantage vers le secteur bancaire qu'il développe, l'ancien Mont de Piété quitte définitivement les bâtiments de la rue Saluces en 1986 pour laisser la place au service des Archives municipales qui trouvent là, enfin et après des années d'errance, un édifice à sa mesure.

La Condition des Soies

Le Mont-de-Piété de la ville d'Avignon, ruiné par la Révolution et la Loi du 4 Pluviôse an 2 prescrivant les dégagements gratis, se trouvait au début du XIX° siècle, dans une situation financière déplorable. Les administrateurs eurent alors l'idée, ingénieuse, d'établir une nouvelle institution publique qui répondrait à la fois à un besoin commercial et industriel local ainsi qu'à la nécessité de trouver de nouvelles ressources pour assurer la continuité du prêt sur gage. C'est ainsi qu'avec le soutien actif de la municipalité Guillaume Puy, ils instituèrent et mirent en place, le 22 frimaire an 10 (12 Décembre 1801), une Condition publique des soies, appelée à connaître un développement important.  

Durant tout le XIX° siècle et jusqu'en 1928, la Condition des Soies d'Avignon toujours administrée par le Mont-de-Piété -à la différence des autres conditions françaises (Lyon, Saint-Etienne etc...) gérées par les Chambres de Commerce- assurera les diverses opérations de dessication et de titrage recherchées par les producteurs et les négociants locaux. Le Vaucluse et les régions environnantes sont en effet d'importantes zones de production séricicole. Ces producteurs et négociants viennent à la Condition d'Avignon pour faire établir de manière indiscutable la qualité des soies, objet de négoce. Installée primitivement dans l'ancienne chapelle du Mont-de-Piété, la Condition des Soies s'agrandira progressivement pour aboutir au grand bâtiment orné de deux belles façades, donnant l'une sur la Rue de la Croix et l'autre sur la cour du Mont-de-Piété, rue Saluces.

Chapelle Notre Dame de Lorette - Musée de la Condition des Soies

Dessicateur de soie et appareil de pesage - Condition des Soies

Condition des soies : rouet en bois

Musée de la Condition des Soies : cocons

Musée du Mont de Piété & Condition des Soies - 6, rue Saluces - 84000 Avignon

+33 (0)4 90 86 53 12


Scroll To Top